Pierre ancrage

Architecte : CDG – Czyz, de Laveleye & Grochowski

En savoir plus

Des solutions pour façades durables

Architecte : BIG & Freaks Achiteture

En savoir plus

Des procédés innovants

Architecte : Jaspers-Eyers

En savoir plus

le toison d'or - Bruxelles

Architecte : Frédéric Chartier et Pascale Dalix architectes

En savoir plus

Ecole de la biodiversité - Paris

Architecte : Jaspers-Eyers

En savoir plus

tour mg tower - gand

Accueil > A propos > Le choix de l’acier inoxydable

Le choix de l’acier inoxydable

l'acier inoxydable

 

Les performances mécaniques

Les aciers inoxydables les plus couramment utilisés par FIXINOX sont les aciers austénitiques. Ils comprennent du nickel et/ou du manganèse et/ou du molybdène. C’est là que l’on trouve les alliages les plus riches en nickel (jusqu’à 13 %). Le nickel améliore la résistance à la corrosion dite caverneuse et rend l’inox plus ductile. Les nuances les plus utilisées dans le segment de marché qui nous intéresse ici sont les 304 (1.4301) et 316L (1.4404) mais l’on trouve aussi les 304L (1.4307) et 316(1.4401). Toutes ces nuances ont des propriétés mécaniques proches de celles des aciers S275 avec pour les tôles à chaud :

  • une résistance mécanique Rm ≈ 550 MPa
  • une limite d’élasticité Rp0,2 ≈ 275MPa

Ces performances peuvent être augmentées lorsqu’on choisit des matériaux transformés à froid ou  aujourd’hui des nuances découvertes plus récemment comme les duplex.

Les duplex sont caractérisés par une structure biphasée austénite plus ferrite. Leur faible pourcentage de nickel en fait un matériau très compétitif. Ils présentent  des caractéristiques mécaniques plus élevées que les aciers inoxydables austénitiques.

Outre les austénitiques FIXINOX utilise le duplex d’appellation allemande Wr 1.4362.

Les ingénieurs s’efforcent de trouver l’engagement matière minimum non seulement pour offrir au client un prix attractif tout en assurant la sécurité mais pour minimiser aussi la perméabilité thermique par un nombre aussi réduit que possible de  pont thermique par M2.

La conductivité thermique plus réduite que les autres métaux utilisés pour la fixation

L’inox est un “mauvais” conducteur de chaleur, ( ~ 14 W/m.K), ce qui en fait un matériau particulièrement approprié pour l’utilisation comme matériau d’ancrage. Il est 4 fois moins conducteur que l’acier standard / Galvanisé ( ~ 50 W/m.K)  et surtout 12 à 13 fois moins conducteur que l’aluminium ( ~ 200 W/m.K).

La résistance au feu

Les dernières tragédies liées au façades mal conçues et mettant en oeuvre des matériaux inflammables/combustibles ont permis de faire table rase des méthodes utilisées pour évaluer le comportement au feu. L’acier inoxydable s’avère être un excellent choix lorsque l’on regarde le comportement intrinsèque du matériau par rapport aux autres matériaux de fixation sur le marché. Le graphe ci-dessous met en avant la comparaison des résistances caractéristiques comparées de l’acier inoxydable (dans sa nuance 316) et celui d’un aluminium courant utilisé en fixation, fonction de l’augmentation de la température

Voir la courbe ci-dessous :

On peut déduire deux informations importantes de ce graphique :

  1. En moyenne, un aluminium perd au moins 80 % de sa résistance mécanique à 300°C, quand un acier inox travaille encore à perdu moins de 30 % de sa capacité
  2. à 550 °C, l’aluminium est totalement ramolli, le plus mauvais des acier inoxydables possède encore 60 % de ses capacités en résistance

La résistance à la corrosion

Elle offre sécurité et qualité architecturale. La résistance de l’inox est un gage de longévité. Ni ses propriétés mécaniques, ni son aspect ne s’altèrent. L’éclat durable de l’ accastillage des yachts qui dorment dans les ports de plaisance en est une preuve.

Les fixations étant invisibles, leur vieillissement est caché. L’inox conserve ses qualités structurelles au moins aussi longtemps que le parement.